C'est quoi être artiste professionnel... amateur ou hobbyiste ou passionné de peinture...Des différences dans les titres ou tous pareils?

Article repris de mon blog ZesteplorARTtrice.com

 Ces dernières années, peut-être avec l’arrivée d'internet et des images à grande diffusion, j’ai vu apparaître une cohorte de ‘’passionnés’’ prenant d’assaut le marché de l’art visuel, venant de n’importe où et allant n’importe où.

Parfois je me dis que ça ne vaut plus la peine de continuer tellement les pseudo-artistes de tout acabit prennent du gallon aux yeux des acheteurs d’œuvres d’art. Mais comme ce n’est pas dans ma nature de baisser les bras, je me dis que je vais continuer de faire de l’art parce que c’est ce que je fais très bien et c’est la route que je veux poursuive jusqu’à ce que la vie me quitte.

 

Les peintres amateurs sont des ‘’passionnés’’ d’art, oui, sûrement. Plusieurs arrivent sur le marché avec beaucoup d’audace et vendent leur production assez bien. Il y a parfois même quelques perles parmi eux. Mais la plupart du temps le travail n’est pas accompli ou ce sont de piètres copies d’autres artistes.

 

Les mots peintre ou artiste peintre, n’importe qui se les donne comme étiquette aujourd’hui. À mon humble avis, je pense qu’on devrait développer des spécifications à ce noble titre. Par exemple, il y a certaines personnes qui font ce qu’on appelle à juste titre de la peinture décorative, et d’autres de la peinture commerciale juste pour les murs...sans âme sans ‘’soul artistique’’ ... à l’image des magasins de meubles ou de certaines revues de décoration devenues elles aussi un lieu de représentation de produits du commerce et non plus de véritables magazines d’inspiration. Ces artistes en peinture décorative, voilà qu’ils s’appellent maintenant artiste peintre (en omettant les mots peinture décorative). J’aime bien la peinture décorative norvégienne par exemple qui est, pour moi, vraiment un art identifié.

Peinture décorative d'origine scandinave
Peinture décorative d'origine scandinave

Mais aujourd’hui encore ici, cette peinture décorative est devenue un peu n’importe quoi et s’avance sur les arts visuels en proposant même des patrons de toiles déjà dessinées prêtes à devenir un tableau. Quand on fait aussi des tableaux avec une morceau de tissu encadré ou collé sur un canevas et voilà ‘’qu’on a créé un tableau’’ : ce n’est pas un tableau mais plutôt un bricolage.

J’ai écouté une entrevue avec une jeune fille qui peint depuis peu sur des sujets qui sont populaires sur le web et qui vend sur les réseaux sociaux. En entrevue, elle répond à la question suivante : est-ce que tu vas éventuellement prendre des cours d’art et la jeune fille de répondre qu’elle n’en a pas besoin, elle demande des conseils à son marchand de matériel et elle vend sur FB : résultat, pas besoin de plus. L’animatrice de lui dire, et bien tu es maintenant une véritable artiste peintre. Voilà tout est là...

Les professionnels, de quoi sont-ils fait? Ils ont d’abord été chercher une formation, académique ou d’apprenti auprès de grands maîtres, je dis bien grands maîtres et pas d’autres amateurs du métier. Les professionnels ont acquis par la suite de l’expérience qui vient de la pratique, de la pratique et de la pratique et aussi d’une recherche constante de s’améliorer. Les professionnels sont aussi reconnus par leur pair, soit par une association ou par un ordre quelconque officiel.

 

Faudrait revenir au sens et à la valeur qu’on accorde aux mots.

 

Le grand public devant un artiste peintre ne sait pas toujours s’il est devant un artiste peintre professionnel ou un hobbyiste ou un passionné de peinture ou un copiste ou un peintre de décoration murale? Comment faire la différence si la personne se présente comme un artiste peintre.

«Chez les artistes, j’accorde autant d’attention à l’homme qui fait l’œuvre qu’à l’œuvre elle-même »   Vincent Van Gogh

Vincent Van Gogh, Autoportrait à l'oreille coupée
Vincent Van Gogh, Autoportrait à l'oreille coupée

C’est plus que nécessaire de prendre le temps de questionner les titres, les curriculums, les acquis pour être en mesure de choisir en respect avec la forme, l’objectif.

 

Ce qui me fait penser aux critères de sélection. Avons-nous des critères de sélection?

Bonne question!

 


0 commentaires

À découvrir

Envie de partager mes découvertes chez les artistes québécois trop méconnus.

Lyne Lapointe, Perchoirs, 2002 Graphite et huile sur papier d'Arménie collé en plein sur contreplaqué, fer, 27 plaques de verre peintes, cadre en bois 220 x 246 x 14 cm Collection Musée d'art contemporain de Montréal
Lyne Lapointe, Perchoirs, 2002 Graphite et huile sur papier d'Arménie collé en plein sur contreplaqué, fer, 27 plaques de verre peintes, cadre en bois 220 x 246 x 14 cm Collection Musée d'art contemporain de Montréal
Console and Mandolin (detail view), 2004 mixed media 72 x 72 x 48 inches, 72 x 72 x 38 1/4 inches, Jack Shainman Gallery.
Console and Mandolin (detail view), 2004 mixed media 72 x 72 x 48 inches, 72 x 72 x 38 1/4 inches, Jack Shainman Gallery.
0 commentaires

Couleurs, ma promenade d'artiste dans mon village de Saint-Ours

Les rouge

Mon village honore ses arbres, ils sont nombreux et font de ce lieu un endroit naturel.

Les jaune

Les érables, bien sûr, sont majestueux encore plus en octobre au Québec.

Atmosphère

Marcher dans mon petit village de Saint-Ours, est toujours garant d'apaisement. 


1 commentaires

Mais tout le monde ne fait pas de l’art son métier par exemple...

Entendu souvent cette expression: ''tout le monde peut faire de l'art''

C’est vrai je crois, car dès notre plus jeune âge, nous avons la poussée vers les crayons de couleur, les constructions de papier ou de carton, la peinture aux doigts. Ce puissant désir est naturel et fait partie de chacun car nous sommes nés créateurs. C’est plus tard qu’arrive le regard, le jugement et d’autres avenues pour nous exprimer. Car l’on peut être créateur dans tout ce que l’on entreprend que ce soit dans le monde du travail, de notre vie personnelle, plus l’on a acquis la créativité comme moyen d’aborder nos problèmes ou nos décisions, meilleures sont nos chances d’être heureux.

 

Devenir un artiste dans son domaine, demande pas mal de choses. D’abord, l’apprentissage, apprendre les bases de son art, apprendre la philosophie qui nous amènera à mieux comprendre la démarche artistique que nous désirons trouver pour soi-même. L’apprentissage est important pour se donner les outils, la compréhension qui va nous faciliter notre expression personnelle par après.

 

Et le talent ? Mais oui le talent car sans talent dans un domaine en particulier, ce ne serait que des bégaiements. Le talent c’est celui-là qui nous oblige au respect et à la responsabilité envers soi-même de le développer. Développer ses talents c’est devenir une personne réalisée. Si par hasard, nous avons la tentation ou le désir d’aller dans un domaine pour lequel nous n’avons pas le talent mais que nous endossions juste le costume de la représentation, alors ce serait à coup sûr de la fausse représentation n’ayant pas l’âme du costume.

 

L’art, le véritable, celui qui fait émouvoir, celui qui élève l’âme, cette noblesse d’expression, c’est cet art-là qui apporte au monde la paix du cœur et de l’esprit, qui rend bien, qui rend joyeux, qui inspire à plus haut.

 

Pour ressentir l’art qu’on écoute ou qu’on regarde, il faut bien se connaître, il faut avoir l’habitude de l’écoute de soi : comment je me sens à l’intérieur. Quels sont les sentiments que l’œuvre m’inspire : la joie, la paix, l’extase ? Ou si mon cœur se serre, ou si ma tête est lourde d’images et de pensées provoquées, ou si je me sens angoissé ? peut-être même que l’œuvre m’éloigne de mon bien-être, me donne accès à un monde qui ne me ressemble pas et dans lequel je me sens perdu ?

 

L’harmonie dans une œuvre c’est lorsque tout se tient et que le sens est là, on peut le voir ou l’entendre. Mais pour arriver à cette maîtrise, l’artiste a dû faire un long cheminement et une longue pratique qui n’est jamais finie. L’artiste évolue, il est découvreur de territoires, de regards portés, l’artiste cherche toujours plus loin dans son expression, des façons d’amener la vibration de son œuvre à des niveaux toujours plus haute. 
 

Alors sur cette phrase en introduction ci haut qui m’a poussé à écrire cette réflexion, oui tout le monde peut faire de l’art mais le choix de devenir un artiste n’est pas le choix le plus courant car l’implication est énorme et parfois les fruits matériels sont minces. C’est pourquoi lorsqu’on est devant la grâce de l’œuvre accomplie, soyons reconnaissants que son auteur ait choisi d’honorer son talent et apprécions à sa juste valeur son travail

0 commentaires

La création en art ou la reproduction: To be or not to be!

Il y a des artistes qui, année après année reproduisent la même œuvre, ils y font quelques variantes mais pour certains, ils auront peint des centaines voire parfois même des milliers de tableaux à peu près tous pareils. Cela me donne le vertige. Je reste très perplexe devant telle manipulation de l’art devenant alors plutôt un métier de reproduction que de création. On me dit que c’est ce que le public aime! Perplexe encore suis-je!

 

Dans ma démarche personnelle, chacune de mes œuvres est un acte de création complet. De la gestation de l’idée à la finition de l’œuvre en passant par toutes sortes de revirements et de transpiration. Jamais satisfaite du facile mais sachant accueillir la surprise de la conversation entre la toile et ma gestuelle. À chaque fois, je choisi de faire une œuvre…à chaque fois, je ressens un nouveau désir de représentation ou d’expression…à chaque fois, je suis neuve devant mon chevalet…à chaque fois tout est jamais la même chose…à chaque fois je recherche l’unicité de l’œuvre. Je suis persuadée que c’est la meilleure voie de progrès dans le travail d’un artiste, la voie de l’avant, du défi, de l’exploration! Sinon pour moi je ferai des confitures!

 

Je vous invite à réfléchir sur l’œuvre que vous achetez, sera-t-elle la millième reproduction ou la seule et unique création de son auteur!

 

Ginette Dorais peintre

0 commentaires

Devenir un artiste peintre

Lors des visites d'atelier du Parcours des Arts du Richelieu l'été dernier, un visiteur me demande combien ça coûte pour exercer ce métier...hum grande question à un homme qui semblait attendre un chiffre. Alors dis-je, vous pouvez vous acheter quelques couleurs et quelques pinceaux pour moins de 100$.., cependant il vous faudra compter les formations en art pour aller chercher une fondation solide en dessin par exemple, clé de la liberté pour moi et autres apprentissages. Il vous faudra plusieurs années sinon des dizaines d'années d'exploration pour savoir qui vous êtes vraiement et ce que vous pouvez apporter comme contribution dans cet univers de l'art disons quelque peu encombré ces temps-ci...Ce qui vous fera une grosse facture en dollars et en temps...qu'en dites-vous?

Ce monsieur de me réponde: '' Moi je vais m'acheter de la peinture et des pinceaux et c'est tout, pas besoin du reste je vas essayer ça, moi, être un artiste, ça m'a pas l'air si compliqué!''

 

 

Voilà une anecdote que l'on voit se répéter beaucoup de nos jours, quelques uns s'achètent même quelques litres de latex et envoient tout ça par en haut et ensuite expose ''un événement'', une bonne publicité bien ciblée de mots tendance et hop la vie, voilà!

 

 

 

0 commentaires

Le dessin fait un carton

J'aime le dessin. Depuis longtemps j'espérais qu'il reprenne ses lettres de noblesse. Dessiner c'est entrer en relation directe avec son sujet, avec le monde qui nous entoure. Véritable conquête de l'âme.

 

Je vous partage ce lien qui vous conduira sur le site de Connaissance des Arts et un article fort intéressant sur le dessin.

 

http://www.connaissancedesarts.com/marche_art/actus/point_de_vue/le-dessin-fait-un-carton-94833.php

0 commentaires

Changer le cadre

J'ai découvert cette entrevue avec  Krista Vernoff qui a scénarisé plusieurs épisodes de Gray'Anatomy et a été co- productrice de l'émission. avec la lettre de nouvelles de Lesley Riley, à laquelle je suis abonnée.  Krista Vernoff a d'abord étudié pour devenir actrice et puis a découvert que l'écriture était plus en harmonie avec ce qu'elle ressentait.

 

Je vous mets le lien ''you tube'' pour cette entrevue. C'est vraiment instructif pour nous, artistes, d'écouter ce qu'une auteure comme Krista nous partage de ce que la société met comme cadre à ce qu'est la vie d'un artiste, qu'il soit musicien, acteur, poète, peintre...

 

Une belle réflexion

 

Le lien pour Krista Vernoff:  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FtWTyVnUMkA

 

Le lien pour Lesley Riley http://www.artistsuccess.com/

 

 

0 commentaires

Un artiste différent de la tendance: Bonnard

un peintre que j'aime beaucoup...aussi cette introduction ici, ''parce qu'il pratiqua en marge des courants d'avant-garde...'' je me sens souvent ainsi. Voici le lien où je me suis arrêté aujourd'hui:

 http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/actus/breves/la-poesie-familiere-de-pierre-bonnard-93773.php

 

Je me suis souvent senti en marge des courants actuels en peinture jusqu'à ce que j'assume ma différence, mon inclinaison vers un style puriste, où je privilégie des sujets simples et quotidiens ou des mémoires symboliques qui m'habitent aujourd'hui et où je puise comme à une fontaine remplie d'images que m'apportent les émotions vécues et emmagasinées tout au long de ma vie.

 

J'aime les matières nobles et humbles comme peut l'être l'huile pour moi. Tous ces ''mixed-médias'' m'étourdissent, car pour moi l'image seule me prend à la gorge et exige d'être mise en place de façon urgente et les différents artifices ou autres matières viennent déranger ce jet créatif qui me bouscule à l'intérieur.

 

 

J'aime les scènes de vie quotidienne de Bonnard, j'aimerais bien voir cette exposition que rapporte le magazine Connaissance des arts.

 

0 commentaires

Réalisé par Ginette Dorais '' pour un Web autonome'' 2010-2016

Pour partager